Université Rurale 2016 – Quelle avenir pour nos territoires ?

Les samedi 9 et dimanche 10 avril 2016 a eu lieu, à Annonay (07), la deuxième édition de l’Université Rurale organisée par le MRJC (Mouvement Rural de Jeunesse Chrétienne).

affichea3

Pour cette seconde édition, le choix de l’équipe d’organisation s’est porté sur la question de l’avenir de nos territoires, avec la problématique de l’aménagement du territoire et la découverte d’initiatives citoyennes, tant en milieu rural qu’urbain.

Après l’accueil des participants et un temps de présentation du week-end, la journée du samedi a commencé par une visite de la ville d’Annonay, réalisée par Danièle Soubeyrand (ancienne élue à l’urbanisme à la mairie d’Annonay), qui avait pour but d’observer les changements qu’a connus la ville lors de ces dernières années. De quoi constater une certaine désertification du centre-ville (nombreux commerces désormais fermés) au profit de grandes zones commerciales à la périphérie de la ville notamment.

L’après-midi a eu lieu une table ronde avec comme question principale : « Quel avenir pour nos territoires ? » et trois intervenants : Henri Brialon (ancien responsable du Schéma de COhérence Territoriale (SCOT) du bassin d’Annonay), Pierre Schmelzle (élu en charge de l’urbanisme à St Julien-Molin-Molette) et Jean-Louis Royet (agriculteur retraité, membre de Terre de Liens). Durant 2h de présentation des intervenants et de leur manière d’agir sur l’avenir des territoires, ainsi que d’échanges pertinents avec les participants, nous avons pu sortir quelques conclusions de ce débat. Ce qui est le plus ressorti est de savoir comment les habitants d’un territoire pouvaient s’impliquer dans l’organisation de celui-ci, en soulignant notamment les échecs des consultations publiques, qui ne permettent pas réellement cette implication citoyenne souhaitée. Aujourd’hui, la participation de chacun à l’aménagement de son lieu de vie n’est pas garantie et c’est certainement aux habitants eux-mêmes de s’organiser sans attendre qu’on les sollicite forcément.

IMG_9038.JPG

La soirée du samedi avait pour but d’investir un espace public et de le faire vivre. Cela s’est traduit par l’organisation d’une soirée conviviale sur la Place des Cordeliers d’Annonay avec la confection d’une soupe partagée, des jeux, de la musique, etc. pour pouvoir interpeller les passants et échanger avec eux.

Après une première journée qui nous a servi de base plutôt théorique sur la thématique du week-end, la journée du dimanche était consacrée à la découverte de projets et d’initiatives destinés à répondre aux problèmes engendrés par un aménagement du territoire imparfait.

Ainsi, le dimanche matin, a eu lieu la visite de la Ferme communale du Monestier (Vallée de la Vocance), un projet né de la volonté de la commune de permettre une activité agricole sur son territoire. C’était l’occasion de découvrir cette initiative mais également d’évoquer les difficultés que peuvent rencontrer les agriculteurs installés ici (petite surface, pas de logement sur place, …).

Le dernier temps était consacré à l’intervention d’Arthur Jallet, présent pour nous expliquer le phénomène d’appropriation de terres et de bâtiments en milieu urbain (généralement appelés « squats »). Après une présentation juridique de la chose, il nous a souligné la problématique du logement et des bâtiments vides à Lyon, notamment ceux appartenant à la ville, de quoi se poser des questions sur la responsabilité des collectivités territoriales dans l’utilisation d’espaces inutilisés alors que des projets de logement, de travail, d’activité ou de loisirs existent.

Publicités